films x

Bruce LaBruce provoque à nouveau avec « Purple Army Faction »

By  | 

Dernier volet de la collection de films courts de Bruce LaBruce pour Cockyboys, « Purple Army Faction » marque le retour du réalisateur aux provocations qui ont jalonné le début de sa carrière. Vous le pensiez assagi ? Il n’en est rien ! « Purple Army Faction » (titre en clin d’oeil à la Fraction armée rouge) est comme le fiston de « The Raspberry Reich » avec un zeste de « Skin Flick » à l’intérieur. Le film a scandalisé une partie des abonnés de Cockyboys, notamment les fans allemands qui ne se sont pas remis d’une scène inaugurale montrant un rapport forcé devant le Mur de Berlin !

Dans une réalité alternative, la Purple Army Faction sévit sans pitié dans les rues. Nous suivons deux extrémistes allemands incarnés par Arad Winwin et Dato Foland et accompagnés d’une jeune recrue vierge (Levi Karter) alors qu’ils sont en voiture guettant une nouvelle proie. Dans cette société, les hommes hétérosexuels sont pourchassés et ,s’ils sont attrapés, doivent subir un rite de conversion. Bruce LaBruce matérialise les pires cauchemars des réels extrémistes d’aujourd’hui : un monde où les gays auraient pris le pouvoir et imposeraient un mode de vie orgiaque à toute la population.

Des panneaux de propagande flashy s’incrustent sur les plans, comme un matraquage hypnotique en violet. On peut y lire qu’il faut « semer dans les semeurs », empêcher la reproduction pour lutter contre la surpopulation, qu’être gay c’est sauver la planète ! Bref ,vous l’aurez compris, on nage en plein délire et c’est ce qui rend cet objet porno non identifié si délirant et intéressant.

La Purple Army Faction finit par trouver sa cible : un mâle hétéro et costaud incarné par François Sagat. Il se débat mais il va vite comprendre qu’il n’a pas le choix, menacé d’une arme, devenant le spectateur du dépucelage contraint du jeune Levi par un des deux bourreaux portant une cagoule. Plus tard, attaché, François s’apprête à être initié et est pris en main d’une main de fer et diablement perverse par Arad Winwin. Très vite, l’hétéro se met à avoir la trique alors qu’Arad joue avec son corps et son psychisme, utilisant Levi Karter et sa bouche soumise pour le faire durcir.

« Purple Army Faction » est définitivement « what the fuck » et tordu, se plait à choquer avec un plaisir enfantin et montre des choses très adultes. Bruce LaBruce joue sur le fantasme de l’abus, de la domination sexuelle et de la brutalité. C’est mal mais on met au défi le spectateur de ne pas finir avec une bosse dans le pantalon. Car ce qui se passe à l’écran, au-delà de la morale et des principes, est extrêmement lubrique, jouant avec les recoins sombres de notre âme et nos fantasmes enfouis.

Sans basculer dans le hardcore côté pratiques, l’ensemble distille un certain sadisme psychologique et est soutenu par une mise en scène ardente, féroce, qui fait exploser les braguettes. Levi Karter se donne aux mâles jusqu’à la déraison, François Sagat se soumet avec une gourmandise contagieuse et Arad Winwin et Dato Foland sont plus beaux, forts, dominateurs et bandants que jamais. Un dernier segment complètement furieux, irrévérencieux, punk et juteux qui nous hypnotise et nous emmène totalement ailleurs. Une décadence irrésistible. Voir la bande-annnonce.

A VOIR SUR COCKYBOYS

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply