Films LGBT

Brüno (Larry Charles, 2009) : junk cinéma

By  | 

Brüno présente une émission télé de mode en Autriche. Gay très efféminé, extravagant, trash, il est un curieux mélange de naïveté et de provocation permanente. Licencié par sa chaine, Brüno tente sa chance aux Etats-Unis et compte bien tout mettre en œuvre pour devenir célèbre : concepts télévisuels aux frontières du porno, charity business, adoption d’un bébé black…Jusqu’où ira-t-il ?

Après un Borat aussi débile que divertissant, Sacha Baron Cohen revient sur les écrans avec un nouveau personnage qui se veut encore plus déjanté. On aurait tendance à l’oublier mais derrière la caméra il y a quand même un réalisateur (dont personne ne parle), Larry Charles. Il vaut d’ailleurs mieux ne pas trop se pencher sur la réalisation, car disons le franchement :Brüno est visuellement très laid, plus mal filmé qu’une émission people sans budget. Se pose alors la question de savoir si cette farce « no limit » a vraiment sa place sur un écran de cinéma. Tout fait penser à une émission MTV (en beaucoup plus trash, certes).

Le concept est simple : accumuler les provocations, choquer le petit bourgeois, enchainer les blagues de cul de plus en plus graveleuses. D’un mauvais goût extrême, cette production va parfois tellement loin qu’on ne peut s’empêcher de rigoler. Le show est assuré. Mais on regrette vraiment que le scénario soit si pauvre. On assiste à une collection de sketchs plus ou moins drôles et assez répétitifs et le côté « docu-fiction » laisse perplexe tant on sent que certaines situations sont préparées.

Faire de la bêtise des autres son fond de commerce, pourquoi pas. Reste que Brüno est une comédie extrêmement périssable, qui accumule les clins d’œil people qui dans quelques années n’évoqueront déjà plus grand-chose. A recommander aux gens à l’humour très « pipi caca » et à ceux qui veulent se vider la tête grâce à une surenchère constante.

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply