on adore

« Butterfly Kiss » : un amour fou et trash par Michael Winterbottom

By  | 

Film anglais datant de 1995, « Butterfly Kiss » nous plonge dans l’univers on ne peut plus obsessionnel d’Eunice. Une femme extravagante, dingo, qui arpente les routes de l’Angleterre du Nord à la recherche d’une femme dont elle ignore le visage et qui lui a écrit des lettres d’amour. Accostant toutes les femmes qu’elle croise pour leur demander leur prénom, elle ne manque pas d’interpeller et souvent de gêner ses interlocuteurs. Un jour, tout bascule quand elle croise dans une station service le regard de Miriam. Cette dernière n’est pas aussi toquée mais elle a un coup de foudre pour Eunice. Un amour qu’elle ne s’explique pas et qui va l’amener à la suivre, à se coller à elle, malgré le danger qu’elle peut représenter.

butterfly-kiss

Ce road movie allumé raconte aussi bien l’amour absolu de deux femmes que l’histoire de deux solitudes. Aux côtés d’Eunice, Miriam prend des risques, flirte avec le glauque mais elle goûte à une liberté qu’elle ne s’était jamais autorisée auparavant. L’envie de suivre cette femme barrée et complexe, constamment imprévisible, est irrésistible. Miriam l’a décidé : elle sera prête à tout pour gagner son amour. Et elle acceptera tout aussi, y compris de la suivre alors qu’elle se révèle être une meurtrière.

Sorte de « Thelma et Louise » sous acide, « Butterfly Kiss » ne cesse de captiver de par son drôle de mélange entre tendresse et trash. L’oeuvre est à l’image de son héroïne punk : attachante et parfois rebutante, douce et furieuse en même temps. Michael Winterbottom explore la puissance de l’amour jusqu’à la déraison et la mort. Un film qui ne s’oublie pas de sitôt.

Disponible en DVD Collector aux éditions Outplay 

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply