Films LGBT

Courts-métrages gays français avec « Chéries Chéris Volume 5 »

By  | 

La nouvelle livraison de courts-métrages gays français est arrivée avec la parution du « Best Of Chéries Chéris Volume 5 – Made in France ». Il est toujours intéressant de guetter ce qui se passe en France et en général la sélection de ce festival LGBTQI ET +++ de Paris est d’un plutôt bon niveau.

On y retrouve des courts déjà beaucoup aimés ici comme le très beau et bien interprété « Les équilibristes » de Gilles Tillet avec Manuel Blanc ou encore « Goût bacon » qui montre deux jeunes ados de cité qui ont du mal à assumer entre humour et sensibilité. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de les voir, foncez sur ce DVD car ils valent vraiment le coup d’oeil. Le petit soucis de cette édition-ci est que ces deux-là sont les meilleurs courts proposés de l’ensemble. Pour ce qui est des autres films, comme souvent dans les « best of », on trouve du bon et du nettement moins bon.

« Cabane » de Simon Guélat

Le film le plus long de la sélection (27 minutes) et hélas le moins intéressant. On y suit 4 ados le temps d’un été dans une zone militaire où ils ont investi une cabane. La réalisation est pas trop mal mais le scénario inconsistant, manquant cruellement d’enjeu et d’intensité, jouant la carte d’un pseudo-mystère assez vain. Au milieu du métrage, une banale histoire d’attirance difficile entre deux ados. Le fait que les jeunes comédiens jouent très maladroitement n’aide pas. On avoue, on a bâillé. Oops.

« Tapette » de Ricky Mastro

Le réalisateur est aussi présent dans ce best of avec une romance très simple (peut-être un peu trop), « La tempête ». On lui a préféré « Tapette » qui raconte le trouble d’un jeune gay pour une serveuse travaillant dans un bar près de chez lui. Pris de court par ses fantasmes teintés de SM, le jeune homme s’égare entre réalité et rêveries sulfureuses. L’intrigue est très abstraite, énigmatique, ne plaira pas à tout le monde mais on a beaucoup aimé ici le climat qui en émane, très singulier, d’un érotisme étrange qui titille. Qui plus est, il est là question d’un trouble masculin finalement assez peu exploré (le désir soudain et un poil coupable d’un gay assumé et en couple pour une fille).

« Dix » de Franck Villette

Un court-métrage en forme de conte moderne et espiègle où un garçon rencontre d’autres garçons qui rencontrent eux-mêmes d’autres garçons. L’atmosphère ludique et lubrique finit par tourner au morbide quand chacun s’adonne à des rapports non protégés. On était persuadé qu’il s’agissait là d’un spot de prévention pour le port de la capote mais il semblerait que non. Le film a le mérite de faire passer de façon originale le message que le VIH est toujours là et qu’il ne faut pas baisser la garde (même si l’associer à la mort de nos jours pourra en faire bondir certains et qu’avec la PrEP certains se sentent un peu moins concernés). « Dix » a en tout cas pour lui un casting sexy où l’on retrouve notamment Mike Fédée et Thiago Monte. Petit bonbon pour les yeux.

« Mindfuck » de Pierre Scot

Sans trop en dévoiler, on avoue qu’on a hurlé et tourné la tête pendant une partie de celui-ci. Un journaliste télé rencontre un mâle dominateur et se laisse attacher et bander les yeux. Mais alors que l’homme le laisse seul, la peur commence à s’emparer de lui. Une vignette sexy et (très) stressante rondement menée.

« Best of Chéries Chéris Volume 5 – Made in France » est disponible en DVD aux éditions Optimale

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply