films x

« Harem » (Cadinot, 1984) : le Maroc des plaisirs gays

By  | 

Les sexy marocains ont fait les belles heures de la filmographie de Jean-Daniel Cadinot. Sorti en 1984, « Harem » commence fort en mettant son personnage principal, un jeune minet français passif incarné par Pierre-Yves Darget, au coeur d’un hammam où les garçons sont clairement là pour fricoter.

Des regards envieux suffisent pour que les corps se rapprochent et se lance un plan à trois entre Pierre-Yves, un beau marocain et un jeune homme black. Ce dernier va finir par s’écarter pour regarder les deux autres mâles s’envoyer en l’air. Atmosphère humide et excitante, une caméra qui laisse de la place à l’excitation des visages et le plaisir du voyeurisme.

Mordu de son partenaire marocain actif (campé par Omar Salam), le petit français a bien envie de le revoir. Mais ce dernier part en courant du hammam. Pierre-Yves tente de le rattraper, en vain. Il décide de partir à sa recherche dans les ruelles de la kasbah. Et les souks vont s’avérer plus remplis de mecs surexcités que n’importe quel lieu de perdition !

Non sans humour, Pierre-Yves fait le tour des souks et finit par donner sa bouche et ses fesses à de nombreux marchands. Ainsi lance-t-il au bout d’un moment « Ce ne sera que le cinquième ! ». Et oui, tout le monde lui passe dessus et le minet aux fesses délicieuses et tentatrices parait insatiable. L’occasion pour le spectateur d’en prendre plein la vue avec un véritable festival de mecs marocains et noirs au charme naturel des plus bandants. C’était le grand plus des films Cadinot : les garçons avaient l’air très « vrais », n’avaient souvent rien à voir avec les canons stéréotypés des pornos gays américains. Ce qui n’empêche pas de tomber sur de véritables beautés fatales…

Si le son laisse souvent à désirer (c’était le cas de la majorité des premiers films de Cadinot – la voix était ajoutée en post prod, ce qui donne un aspect un peu cheap et faux), il est utilisé à bon escient pour exciter, même si les ficelles sont parfois grossières (les multiples « Vazy suce » avec un accent arabe sur-appuyé font toujours leur effet).

Après avoir fait jouir tous les beaux marocains des alentours, Pierre-Yves retourne au hammam où il se fait plus provocant que jamais, allumant la clientèle en se présentant offert, les cuisses écartées et les fesses à disposition. Deux marocains et un autre français vont se faire un plaisir de jouer avec lui…

 

Rassasié, notre passif de compétition finit par sortir du hammam pour rentrer chez lui et recroise par hasard Omar Salam. Celui-ci lui avoue qu’il avait fuit car c’était sa première fois avec un autre garçon. Après une baignade excitante et un après-midi au lit, les deux amants n’ont plus envie de se quitter…

Durant moins d’une heure, « Harem » enchaîne à toute vitesse les scènes de sexe avec une belle intensité. C’est très sexe, érotique, on a l’impression d’y être. Ce n’est pas devenu un film porno gay culte pour rien !

Disponible sur Pinkx et sur Cadinot-fr

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply