on adore

« Je te promets », critique du film de Julio Hernandez Cordon (2015)

By  | 

Critique du film « Je te promets » (« Te prometo anarquia » en VO). Produit en 2015. Disponible en DVD aux éditions Optimale. 

Mexico. Miguel (Diego Calva Hernandez) et Johnny (Eduardo Eliseo Martinez) sont meilleurs amis. Quand ils ne déambulent pas dans la ville en skate, ils se font de l’argent en vendant leur sang au marché noir ou en récoltant celui de connaissances. Ils sont aussi amants. Mais si Miguel est très attaché, Johnny ,lui, reste attaché à sa liberté, refusant de mettre une étiquette sur leur relation, disparaissant de temps en temps pour s’encanailler dans les bras d’Adri, sa petite amie officielle du moment. Le quotidien des deux garçons bascule quand ils acceptent de participer à une ambitieuse collecte de sang supposée leur rapporter gros. Le jour du rendez-vous, tout dérape… 

je_te_promets_film_gay

Jeunes skateurs et homoérotisme : on pourrait vite être tentés de rapprocher « Je te promets » de certaines oeuvres de Larry Clark. On y retrouve quelques traces mais le réalisateur Julio Hernandez Cordon apporte à son histoire un réalisme social assez bouleversant, dépeignant avec finesse la misère de deux garçons à la fin de l’adolescence. Au punk et nihilisme des oeuvres de Clark s’oppose ici une sensibilité à fleur de peau, un romantisme pudique, l’effet d’une ballade pop mélancolique. La mise en scène, elle, est très douce, aérienne, comme en opposition à la dureté de l’intrigue et la photographie sans fard du Mexique.

La vie n’est pas facile, on survit avec des combines, on joue avec sa santé, on flirte avec le crime ou même avec la mort mais les liens humains et les sentiments restent toujours là. La relation charnelle entre Miguel et Johnny, jamais clarifiée, quelque part entre amitié, fratrie et grande romance, offre à « Je te promets » ses plus grands moments de grâce.

Un trajet en skate, une étreinte, un souvenir contre les horreurs du monde et ses cercles vicieux : habité par deux jeunes comédiens non professionnels magnétiques, ce film mélancolique, tour à tour rêveur et brutal donne le frisson.

 

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply