on adore

« Les initiés » : passion gay vénéneuse en Afrique du Sud

By  | 

L’affiche française du film évoque « un film choc » et en effet « Les Initiés » fait partie de ces longs-métrages susceptibles de vous hanter pour longtemps. Le cinéaste John Trengove nous plonge ici dans un huis clos intense, au coeur d’un rituel d’initiation qui prend place en Afrique du Sud. Le temps de quelques jours, une dizaine de garçons adolescents quittent leur ville et leur communauté pour devenir des « Initiés ». Au programme : une circoncision et une éducation dont la finalité est de transformer ces garçons en « homme ».

Kwanda (Niza Jay Ncoyini) y est envoyé car les siens, des citadins appartenant à un milieu plutôt huppé, estiment que sa virilité n’est pas au top. En filigrane, on devine le problème : Kwanda est peut-être gay et on souhaite via le rituel d’initiation le détourner de sa véritable identité. L’adolescent a du mal à se fondre dans le moule : il interroge, provoque, s’oppose aux autres. Avec ses camarades d’infortune, le courant ne passe pas très bien : on lui fait payer sa différence, que ce soit car il n’est pas aussi « viril » que les autres ou parce qu’il vient de la ville.

les-inities-film-gay-article

Ce que Kwanda ne sait pas encore mais ne tardera pas à deviner, c’est que l’un de ses éducateurs, Xolani (Nakhane Touré, chanteur gay engagé et héros tragique de ce film) est homosexuel. Cela fait des années qu’il participe à l’éducation des initiés. Mais plus que le goût d’une certaine tradition, la raison principale de sa présence est un secret : il vient pour être auprès de Vija (Bongile Mantsai), un autre éducateur avec lequel il entretient depuis longtemps une liaison clandestine. Les deux hommes n’ont jamais posé de nom sur ce qui les lie – Vija est marié et se considère comme hétérosexuel.

Au fil des jours, un triangle tendu et vénéneux va se mettre en place entre Xolani, Vija et Kwanda, entre secrets révélés et manipulations aux conséquences possiblement dévastatrices.

Avec cette première oeuvre, John Trengove traite de l’homophobie qui peut subsister dans des environnements ruraux et questionne cette sorte d’idéal de masculinité qui était déjà au coeur du film « Moonlight ». Quand on n’est pas une bête de virilité et qu’on ne songe pas à trouver une femme pour lui faire des enfants, autant dire que les choses ne sont pas faciles quand on se retrouve dans ces cercles d’initiation.

Outre le dépaysement et le folklore des rituels, ainsi que la beauté sauvage des décors naturels d’Afrique du Sud, « Les Initiés » dresse aussi et surtout le portrait d’une romance impossible qui n’est pas sans évoquer par moments « Brokeback Mountain ». Quand on n’arrive pas à s’assumer, que l’on ne se soutient pas, chacun finit par « jouer contre l’autre » et un sombre destin se dessine.

Jusqu’à un final qui laisse sans voix, le réalisateur nous embarque dans une histoire imprévisible et haletante, d’une mélancolie bouleversante.

Date de sortie en salles : 19 avril 2017

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply