News

« Linea 9 » : la complexité de la rencontre gay

By  | 

Signé d’un jeune réalisateur mexicain, Tavo Ruiz, le court-métrage gay « Linea 9 » aborde avec beaucoup de justesse le sujet universel de la rencontre.

Un jeune homme sexy en pleine quête identitaire craque sur un bel inconnu dans le métro. Echanges de regards, désir : souvent on en reste là et on n’ose pas aller plus loin. Mais ici les deux garçons s’abordent. Cela pourrait être le début d’une belle histoire d’amour mais ce serait sans compter sur cet éternel dilemme : se caser ou continuer de batifoler.

Attention Spoilers. La première chose quand on rencontre quelqu’un qui nous plait est sans doute de tenter de bien faire les choses. Ici, le personnage principal décide de conclure dans une allée sombre et de suivre ses pulsions. La première étreinte est loin d’être magique et finit par ressembler à un plan glauque. Ca n’échappe pas au garçon du métro qui se sent légèrement souillé et qui, sensible comme il est, se retrouve heurté. Tout n’est pas forcément perdu mais encore faut-il savoir s’arrêter dans sa quête du toujours plus…

La situation que croque ce film est bien connue de beaucoup de garçons : avoir envie que sa vie change, de faire une belle rencontre, de se poser. Et quand ça arrive, paniquer, faire n’importe quoi, se retrouver à déjà regretter la possibilité d’aller à droite à gauche avec des inconnus. Face à la peur de l’engagement et son vertige, il appartient à chacun de dompter ses petits démons ou de continuer ce cercle répétitif des plaisirs anonymes. Tavo Ruiz nous rappelle que la possibilité même du couple n’est pas facile à aborder et qu’aimer demande plus de courage qu’on ne pourrait le penser.

C’est bien mis en scène et interprété, sensible dans la façon d’amener les choses. On aime !

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply