Coups de coeur

« Nocturnal Animals », critique du film de Tom Ford (2016)

By  | 

Critique du film « Nocturnal Animals » réalisé par Tom Ford. Sorti en salles le 4 janvier 2017. 

Susan (Amy Adams) est une galeriste à succès. Sa vie est sur le papier parfaite : elle est toujours d’un chic incroyable, baigne dans le luxe, enchaîne les soirées privées et a à son bras Hutton (Armie Hammer) son playboy de mari. Mais les apparences sont trompeuses et dans l’intimité de son énorme loft, Susan est complètement asphyxiée : son époux ne la désire plus et est tout le temps absent, à force de se bâtir une image de femme forte elle a érigé autour d’elle une forteresse qui la coupe des plus essentielles émotions. 

Submergée par le vide et la médiocrité, Susan boit la tasse, angoisse et cherche un peu de sens. Quand un matin arrive le manuscrit d’Edward, son ancien mari et amour de jeunesse, et qu’elle découvre que le livre lui est dédicacé, elle est forcément piquée de curiosité. La lecture de ce manuscrit, récit d’une agression ultra violente et de la vengeance qui s’ensuit, va la ramener à un passé douloureux, des choix qui la conduisent aujourd’hui au regret. 

nocturnal_animals

Après le prometteur « A single man », Tom Ford revient à la réalisation avec ce film tout aussi esthétique / esthétisant mais au ton assez radicalement différent. On retrouve encore la nausée qui va de pair avec le vertige des apparences, le portrait d’une bourgeoisie condamnée à l’entresoi, la fausseté et l’ennui. Mais cette fois, Ford met l’accent sur le thriller pour sonder l’âme d’une héroïne pas forcément aimable et la confronter à des choix passés.

Ce second long-métrage peut mettre mal à l’aise, mettant la tête du spectateur dans une overdose de luxe malaisante avant de le plonger dans une intrigue parallèle aux allures de fait divers morbide. C’est avec cette partie que l’oeuvre décolle vraiment et que la mise en scène réussit de grands tours de force, montrant avec force et violence l’impuissance et la lâcheté d’un homme face à l’agression de sa femme et de sa fille. Petit à petit, cette sombre histoire se révèle être le miroir et la métaphore de ce qu’a pu ressentir Edward quand Susan l’a quitté « sans ménagement ». Une métaphore osée (la rupture comme un crime voire un meurtre), très brutale et amenée de façon assez brillante.

nocturnal_animals_jake

Il y a une multitude de choses qui peuvent déranger dans cet ensemble si chic qu’il parait surréaliste. Tom Ford ne cherche pas vraiment à créer l’empathie, n’est pas doux dans le portrait qu’il dresse de ses personnages montrés chacun à leur façon comme des monstres en puissance. Beauté et laideur deviennent de plus en plus difficiles à distinguer. Mais il émane de « Nocturnal Animals » une vraie proposition de cinéma, des images fortes, qui hantent, et surtout une flopées de sensations d’une rare intensité. A la fois à fleur de peau et cynique, glamour et dégoûtant, un film qui ne fera pas l’unanimité mais pour le moins marquant.

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply