films x

Rafael Alencar, Dreams of Rafael : l’étalon gay du Brésil

By  | 

Il est l’un des acteurs pornos gays actifs les plus hot de ces dernières années. Né au Brésil, de parents portugais et juifs d’Europe, Rafael Alencar sait faire monter la température d’un simple regard. Habitué aux rôles de machos dominateurs (et ne rechignant pas à se revêtir de quelques accessoires codifiés SM) , il a principalement tourné pour les studios Falcon, Raging Stallion, Hot House ou Black Scorpion.

Diplômé en médecine dentaire, témoignant d’une passion précoce pour les langues (il parle hébreu, allemand, anglais,espagnol et portugais), le sexy Rafael est rapidement repéré par une agence de mannequin et fait notamment des pubs pour Calvin Klein. Le sexe faisant partie des choses qu’il préfère faire dans la vie (sur son site officiel à la question « How to make me happy ? » Il répond sobrement : « Suck my dick ». ), il n’hésite pas quand des propositions de films pornos arrivent jusqu’à lui. Résultat : des dizaines de films avec les plus grands studios, de multiples publicités et invitations à des tas de soirées. Coqueluche de la presse x gay, Rafael Alencar est devenu une valeur sûre. Corps musclé, regard pervers, attitude de mâle surpuissant, gros calibre : il a tout pour faire fantasmer les passifs affectionnant les hommes qui prennent les choses en main.

En regardant ses interviews, mises à disposition sur son site, on découvre un mec tendre, drôle, qui ne se prend pas au sérieux et qui une fois les tournages finis laisse au vestiaire son personnage de super pineur.

 

Il fallait bien un film pour illustrer ce petit portrait. J’ai choisi Dreams of Rafael. Un film sorti chez  Black Scorpion, dans lequel Rafael Alencar a le rôle principal mais officie aussi comme producteur et réalisateur. Disons le franco : c’est un gonzo. Mais un gonzo pas dépourvu d’idées de mise en scène et de charme.

Scène d’ouverture : Rafel est dans son lit, en slip, il programme son réveil et s’abandonne dans les bras de Morphée. Toutes les scènes seront donc des rêves. L’acteur étant aussi le réalisateur, on peut donc se douter que ce qui va suivre nous révèlera un peu ce qu’il a en tête, ce qu’il aime, ses fantasmes.

Première scène : Rafael se rêve en golden boy. Habillé d’un joli costard, il s’installe dans un 4×4 limousine. Beaucoup de place pour s’étendre, sièges en cuir…Le chauffeur, qui porte des lunettes de soleil, ne peut s’empêcher de mater le beau brésilien à l’aide du rétroviseur. Et alors que la limo arrive à destination, que Rafael s’est endormi, notre chauffeur ne résiste pas à la tentation de se toucher en observant discrètement son client. Plus encore, il ose le rejoindre à l’arrière de la limo et se tripote à côté de lui. A noter qu’il porte des gants en cuir (petit détail fétichiste). Rafael se réveille et est surpris de voir le chauffeur si excité à côté de lui. Ce dernier s’approche pour l’embrasser. Rafael est troublé mais accepte le baiser. C’est parti ! Son regard est d’abord tendre et naïf. Il ne le restera pas longtemps, se muant rapidement en un regard plein de vice, témoignant d’une envie de tirer profit de son partenaire. Partenaire qui se fait un plaisir de le masturber avec ses gants avant de goûter à son énorme tige, sans toutefois enlever ses lunettes de soleil. On sent que notre homme d’affaires est chaud comme la braise, multipliant les grimaces évoquatrices qu’on pourrait traduire par des pensées du type « Toi, mon grand , tu vas prendre cher ! ». Rafael gratifie son chauffeur d’un anulingus puis commence à le prendre. Avec une certaine douceur et sensualité.

Si on peut être surpris que Rafael Alencar se mette en scène comme un amant actif plus sensuel que bourrin, on remarquera qu’il se rattrape largement avec les positions. Son passif va se faire prendre un peu dans tous les sens. On aura ainsi droit à une scène relativement spectaculaire durant laquelle Alencar pilonnera le chauffeur sur le toit de sa limo. Chauffeur assis sur lui, qui en redemande. Il se fera enfin prendre debout, contre la limo, avant de recevoir le sperme de Rafael sur le visage et plein les lunettes…La scène est terriblement efficace et excitante et confirme le statut de « super TOP » de Rafael Alencar.Le chauffeur repart, satisfait, et laisse à Rafael ses gants en souvenir. Notre homme peut alors pénétrer dans sa vaste et luxueuse demeure, au bord de plage.

Deuxième scène : alors qu’il se raffraichit , Rafael croit voir derrière lui un beau blond. Mais il semblerait que ce n’était qu’une illusion. La demeure où il est semble en tout cas hantée, surpeuplée de mecs excités. Ainsi, en ouvrant une porte, Rafael s’offre un petit plaisir voyeuriste, observant deux mecs baisant sur un lit. Un mec bronzé et un petit roux. Doigtage, suce, sodo dans les deux sens. Schéma classique, réalisation clipesque. Le thème musical principal du film est une musique latino lubrique. Ambiance caliente pour l’acteur/réalisateur brésilien. Globalement, les thèmes musicaux évoqueront ceux de biens des téléfilms érotiques, avec une petite touche plus dance.

On remarquera que cette deuxième scène, qui est finalement une scène d’amour en chambre classique, est là aussi assez soft. Rafael Alencar serait plus tendre qu’on ne l’avait imaginé ? Après que les deux mecs de la chambre aient joui, Rafael sort prendre en l’air et fantasme. Fantasme romantique d’un mec et lui s’embrassant devant un soleil couchant. Effet ombré, type carte postale de mise.

On retourne dans la maison où deux mecs plutôt sexy s’embrassent sur les marches d’un escalier. Les marches leur permettront de tester diverses positions mais cela ne leur suffira pas. Ils exploreront différents recoins de la maison jusqu’à atterrir dans une salle de bain, pour forniquer sur le bord de la baignoire. Après la jouissance, un câlin.

Quatrième scène : Rafael est en hauteur, sur son balcon, et observe ses deux pool boys (dont un beau black). Il se tripote un peu, ils lui rendent la pareille et s’accouplent, sous le regard de leur boss. On échappe donc pas à la traditionnelle scène de baise au bord de la piscine sauf que Rafael Alencar réalisateur a plus d’un tour dans son sac (et pas seulement dans sa braguette). On va ainsi assister à une scène de fellation sous l’eau. Une véritable leçon d’apnée ! La tête hors de l’eau, les ébats continuent et l’eau qui fait « splash » contribue à accentuer l’excitation des étreintes. Finalement, les deux garçons vont jouir dans l’eau. Alencar filme le sperme en nage de façon étonnamment poétique.

Pour la cinquième et avant-dernière scène, nous avons droit à une grande partouze dans le salon. Rafael se joint au groupe avec plaisir. On notera que des draps ont été mis sur les fauteuils (chic type, Rafael fait bien attention à ne pas tâcher le décor). Ce qui ne devait être qu’une orgie se transforme en quelque chose d’assez spectaculaire alors que tous les acteurs se font des anulingus à la queue leu leu. Esthétiquement très fort. Ca se finit en masturbation collective.

Scène finale : Rafael est dans son jardin et rêvasse. Il a encore en tête le petit blond avec qui il s’imagine en train de courir sur la plage. Ils s’embrassent, se donnent la main…Ce côté mignon et romantique au bord de l’eau n’est pas sans rappeler Boys in the sand.

De retour chez lui, au coin du feu, Rafael couche avec le fameux blond. Il est très tendre mais ne manque pas de montrer avec subtilité que c’est lui le chef, se servant de ses mains pour prendre possession de son partenaire. 69 sur une petite table, baise à 4 pattes sur le tapis alors que la flamme de la cheminée témoigne que l’ardeur des deux amants n’est pas prête de s’éteindre… Après cela, Rafael sort de chez lui, heureux. Générique de fin.

A noter que le dvd contient une scène bonus où des mecs regardent un film de Rafael Alencar dans une salle de projection. Un couple s’excite devant tout le monde et les spectateurs sortent, furieux. Le couple en profite pour s’envoyer en l’air, sur la rampe près de l’écran…

Dreams of Rafael n’est pas un porno très novateur. Il est finalement plutôt bien à l’image de Rafael Alencar : cool, avec du style, tendre et fervent à la fois. Pas prétentieux, tout dévoué au fun.

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

1 Comment

  1. Pingback: ONE SHOT PORN - Daniel Marvin

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply