Classiques

Sueurs Froides / Vertigo (Alfred Hitchcock, 1958) : vertige et fantasme

By  | 

John « Scottie » Ferguson (James Stewart) découvre qu’il a le vertige en pleine mission et, tétanisé, laisse mourir un de ses hommes. Le détective est alors sur la touche et se prépare à entamer une retraite prématurée. Puis surgit de nulle part un vieil ami, Gavin Elster, marié à la très riche Madeleine (Kim Novak). Il vient le solliciter pour une mission secrète. Persuadé que Madeleine est de plus en plus gagnée par la folie, il demande à Scottie de la suivre, d’analyser son comportement. La femme, belle, blonde et mystérieuse se laisse parfois habiter par le fantôme d’une certaine Carlotta Valdes, son arrière grand-mère décédée dans d’atroces circonstances après avoir eu le cœur brisé. Madeleine est-elle vraiment folle ? Est-elle possédée ? Ou bien est-elle seulement manipulatrice ? La filature commence…Scottie suit sa cible et est instantanément fasciné. Plus rien n’a alors d’importance et surtout pas son amie et ex compagne Midge (Barbara Bel Geddes) qui semble encore l’aimer en secret. Alors que Madeleine, lors d’une de ses crises, tente de se suicider en se jetant dans la baie de San Francisco, Scottie lui vient en aide et l’installe chez lui pour qu’elle se repose. A son réveil, ils font connaissance. Une étrange relation se met alors en place, le vertige du désir et de l’amour font penser à Scottie qu’il peut sauver la belle de ses démons pour l’avoir pour lui seul. Mais un jour, suite à une nouvelle crise, Madeleine saute du haut d’une église. Incapable de la rattraper à cause de son acrophobie, Scottie assiste, impuissant, à la perte de celle dont il était épris. Les mois passent,  Gavin Elster disparaît et le détective sombre à son tour dans la folie. Il remontera la pente et tentera de reprendre une vie normale sans y parvenir, tout le ramenant au fantôme de Madeleine. Un jour, en traînant près d’un hôtel où se rendait la défunte, Scottie aperçoit le sosie de cette dernière…

Considéré par beaucoup comme l’un des plus beaux films de toute l’Histoire du cinéma, Vertigo (Sueurs froides en VF) est de ces œuvres qui vous fascinent à chacune de ses visions. Comme le détective Scottie Ferguson, le spectateur est de suite fasciné par le charme mystérieux et vénéneux de Madeleine et du fantôme de Carlotta Valdes. Scottie la suit , l’épie, le suspense s’instaure, on est en eaux troubles. Une des premières choses qui m’a frappé en revoyant le film, c’est cette sorte de « suspense lent », sensuel, qu’instaure le cinéaste alors que le détective suit l’objet de son enquête. C’est comme une partie de cache cache, des préliminaires dont on espérerait secrètement qu’ils ne finissent jamais, une spirale infernale qui nous ferait tourner encore et encore, à l’infini. Le chignon de Madeleine provoque une inattendue décharge érotique, nous initie à un certain fétichisme. Après qui est vraiment Scottie ? Cherche-t-il a bien résoudre son enquête ? A savoir qui est Madeleine ? Est-il déjà lui aussi hanté par Carlotta ? Ou bien court-il sans trop le savoir après un idéal, son propre fantasme de la femme ?

Vertigo est un film personnel, qu’on s’approprie, qui touche son spectateur d’une façon unique. Scottie se laisse peu à peu dévorer par son obsession, transgresse tous ses codes et limites. Il tombe amoureux de celle dont il devait décrypter le comportement. En sauvant Madeleine de la noyade, il redevient un homme, un héros. Il l’emmène chez lui, la couche dans son lit (après avoir pris soin de la déshabiller lui-même et de l’allonger, la « mettre en scène » comme il le ferait avec une poupée). Et alors qu’elle se met à lui parler en laissant de la distance, en nourrissant le mystère, il se laisse envahir par la passion, s’engouffre encore plus dans ce vertige amoureux. Mais ce dont il ne se doute pas, c’est qu’il est victime d’un plan des plus machiavéliques…

Après le suicide présumé de Madeleine, Scottie sombre à son tour dans la folie, par la force d’un cauchemar (qui est le même qui avait selon ses dires plongés la défunte dans son état second). Remis sur pied, l’homme désespéré passe son temps à traverser les lieux qui lui rappellent Madeleine / Carlotta, femme fantasme, insaisissable à jamais. Puis vient la rencontre avec Judy, sosie de Madeleine si ce n’est qu’elle ne s’habille pas comme elle et n’a pas la même couleur de cheveux.  Toujours aussi obsédé, assumant à moitié un fétichisme de plus en plus tordu, Scottie établit avec elle une relation amoureuse complètement mise en scène. Judy par amour laissera ainsi son homme la transformer en copie conforme de Madeleine.

L’ironie de ce jeu amoureux et obsédant c’est que Judy se révèlera être une jeune femme que Gavin Elster avait choisie et payée pour jouer le rôle de sa femme Madeleine. C’est donc d’elle, de ses personnages inventés, que Scottie est amoureux depuis le départ. De là à dire que notre homme est tombé amoureux d’un fantasme, d’une idée de la femme, d’un idéal qui n’existe pas, il n’y a qu’un pas. L’issue ne pourra être que tragique…

Un homme impuissant face à ses désirs, ses pulsions, ses sentiments, souffrant d’un corps qui le lâche quand il en a le plus besoin : Scottie est un personnage émouvant, déchirant, pathétique la plupart du temps. Pathétiques, c’est souvent ainsi que finissent les amoureux blessés ou éconduits. Comme Carlotta Valdès abandonnée, comme la « vraie Madeleine » (que nous ne connaitrons jamais) abusée de son voyou de mari, comme Midge la fidèle amie qui ne sera toujours qu’une pâle représentation de la femme dont rêve celui qu’elle désire, et comme Scottie bien sûr, prisonnier de ses émotions qui le renvoient à un amour impossible et qui brisera à jamais au passage la pauvre Judy…

Dans Vertigo, plus que jamais, l’amour, la passion, apparaissent comme une énigme. Icône totale, Kim Novak irradie chaque plan. Les scènes s’enchaînent, maintenant le spectateur en haleine, jouant avec ses pulsions. La mise en scène éblouit, les destins tragiques des protagonistes hantent…Chef d’œuvre.

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply