films x

Trapped in the game (Lucas Entertainment, 2010) : Jonathan Agassi pris au piège

By  | 

Jonathan Agassi, modèle exclusif de Lucas Entertainment fait tourner la tête de bien des garçons. Un beau brun, grand et musclé, légèrement tatoué. La virilité assortie à un regard de braise…Il y a de quoi craquer ! Né à Tel Aviv, rapidement expatrié aux Etats-Unis, le très hot Jonathan se fait d’abord remarquer comme mannequin. Mais sa sexualité débordante et avide de curiosités l’entraîne rapidement vers l’univers du x où il connaît un succès fulgurant. Parmi ses plus gros succès : le film Men of Israel. Je l’avais pour ma part découvert sur le tard dans Paris Playboys. A noter que Jonathan est versatile et qu’il n’hésite pas à jouer dans des productions extrêmes (type uro). Bad Boy ? Peut-être…Toujours est-il qu’il dégage quelque chose d’à la fois bestial et sympathique et qu’il est doté d’un charme incontestable. Cette semaine, j’ai décidé de visionner Trapped in the game, film dans lequel Jonathan Agassi a le premier rôle.

UN FILM DE MICHAEL LUCAS, MR PAM ET MARC MACNAMARA

Ouverture en noir et blanc, musique inquiétante. Des magazines avec Jonathan en couverture. Il jouera ici son propre rôle.  Nous entendons en voix off un appel qu’il passe à Michael Lucas (rappelons-le, ancienne star du x devenu un des grands noms du porno comme réalisateur et qui co-dirige ce film). Il le remercie pour toutes les dernières années qu’ils ont passé ensemble, des années qu’il estime être comme les meilleures de sa vie. Mais Jonathan a soif de nouvelles expériences et souhaite partir vivre à Berlin. Michael le prévient : Berlin peut être une ville dangereuse, il faudra qu’il fasse attention. Il lui propose aussi de lui faire faire une visite de la ville quand il passera dans les parages.

Le film commence : passage à la couleur. Jonathan se réveille à Berlin, à côté d’une fontaine, légèrement défoncé et en slip. Un mec passant dans la rue saute sur l’occasion pour le photographier. Jonathan ne comprend pas du tout comment il est arrivé là et affiche une mine inquiète. Il trouve au sol un sac sur lequel est marqué « For You ». A l’intérieur : des vêtements et une adresse à laquelle il est invité à se rendre.

Arrivé à destination (une chambre d’hôtel), Jonathan tombe sur Adam Killian, l’attendant en slip et à 4 pattes sur le lit. Il est marqué sur son slip « For You ». Le bel israélien tente d’obtenir quelques explications mais Adam n’est pas d’humeur à bavarder. Il le plaque sur le matelas et l’entraîne dans une spirale sexuelle, fervente, bestiale. Les deux hommes sont très virils, tatoués, ont la voix grave. Ils se crachent dessus, se sucent, se stimulent oralement, se lèchent les aisselles…De véritables bêtes en chaleur ! Alors qu’Adam Killian menait la danse, c’est lui qui va se faire prendre. Un bel exemple de « passif actif », se faisant pénétrer sans jamais se soumettre, en gardant le contrôle. Agassi ne restera pas actif bien longtemps tout de même, Killian aura vite fait de se retirer pour lui mettre son compte. Sodomie bien chaude, durant laquelle Killian pousse Agassi à se regarder dans la glace alors qu’il est en train de se faire monter. Si le décor est plus que classique (banale chambre d’hôtel), que l’éclairage laisse à désirer, la scène fonctionne grâce à son animalité. Après avoir joui (de façon pas très safe, Jonathan prenant le sperme en bouche…), notre berlinois fraichement arrivé tente de comprendre ce qui lui arrive. Adam lui dit qu’il ne sait pas du tout ce qu’il se passe et que John a été envoyé à lui par l’intermédiaire d’un inconnu. Il lui laisse toutefois un indice : il pourrait trouver des réponses dans le parking sous-terrain…Mais avant, il doit se changer et porter un costume.

Nous retrouvons Jonathan Agassi, plus sexy que jamais en costard. Parking désert dont les lumières s’allument progressivement. Deux allemands, eux aussi en costumes, débarquent. Et ils n’ont pas l’air d’être là pour plaisanter. Ils poursuivent Jonathan avec un poignard. Ce dernier parvient à trouver une voiture pour s’enfuir. Les deux hommes n’ont donc pas accompli leur mission. Ils décident de se détendre dans les sous-terrains. A l’écran : Carsten Andersen , blond plutôt mignon, et Aaron Mark, un mec chauve pas très bandant. A l’image de la première scène, il est une fois encore ici question de sexe plutôt bestial, de rapport de force. Aaron Mark va se laisser gentiment soumettre, suçant et léchant les pieds de son partenaire. Sans surprise, il finira par passer à la casserole…

Pendant ce temps, au volant, Jonathan est plus que nerveux. Et ce n’est qu’un début : un message se déploie de la voiture. Un mystérieux inconnu l’avertit qu’il s’est retrouvé malgré lui dans son jeu qu’il appelle « Discipline ». Jonathan va devoir obéir ou les choses tourneront mal. L’homme lui ordonne de s’arrêter devant un bâtiment désaffecté. Après avoir pris dans la boite à gants une montre et un téléphone portable, Jonathan reçoit un appel du joueur sadique. Il lui dit de regarder dans le coffre. Jonathan y trouve Michael Lucas, bâillonné. Interdiction de le délivrer : il reste encore deux heures au beau Michael pour respirer. Et en deux heures, Jonathan va devoir s’activer pour accomplir sa nouvelle mission. Il a rendez-vous dans l’appartement de deux inconnus.

Contraint d’obéir pour sauver la peau de son ami, Jonathan fonce à l’appartement. Il y trouve deux admirateurs de son travail, réclamant qu’il baise avec eux comme dans ses films. Agassi s’exécute, visiblement non sans plaisir. Avant les hostilités, l’un des deux hommes (campé par Rob Nelson) cache un téléphone doté d’une caméra afin de capturer leurs ébats. Lui et Jonathan vont s’offrir un plan à 3 torride avec Giuseppe Pardi, plus passif que jamais. Encore une fois : baise virile, assez furieuse. Ca gémit gravement, ça grogne, ça se tape un peu…Les langues et les sexes se mélangent, enfilade à trois, double pénétration : le programme est chargé. Les trois hommes jouissent les uns sur les autres et se lèchent. La tête tourne. Rob et Giuseppe déguerpissent directement après l’orgasme, laissant Agassi seul devant la télévision où sont diffusées les informations du jour. Mais voilà que soudain, le présentateur se met à parler à Jonathan. Il est le « maître du jeu » , exige de Jonathan encore plus de motivation et lui ordonne de se rendre dans un bar-restaurant.

Arrivé sur place, Jonathan pête un peu les plombs. Fatigué, au bord de la crise de nerfs, il ne supporte plus le bruit des gens autour de lui et ne peut s’empêcher de crier « Shut up ! ». Soudain, le serveur débarque et lui renverse un verre de vin rouge sur sa belle chemise blanche. Furieux, le bel israélien trouve une note lui indiquant qu’il doit suivre le serveur car il pourrait bien connaître la vérité. Le serveur étant en train de prendre la fuite, Jonathan lui court après et le somme de lui dire ce qu’il se passe. L’homme rétorque qu’il ne sait pas ce qui est en train de se passer mais lui donne l’adresse de celui qui l’a payé pour lui renverser un verre sur sa chemise. Jonathan part , en espérant retrouver la trace du sadique qui est en train de jouer avec sa vie et celle de Michael. Le serveur, interprété par le charmant Hugo Martin, retrouve alors « le maître du jeu » qui visiblement a tendu à Jonathan un nouveau piège. Il donne l’argent qui lui est dû à Hugo mais celui-ci aimerait aussi avoir en bonus une bonne partie de baise. Ils vont donc à l’hôtel. Le maître du jeu , joué par le très hot Harry Louis, se fait longuement sucer puis prend son partenaire. Étonnamment , la scène est moins fervente que les précédentes, un peu plus sensuelle. Harry accepte de se faire prendre mais à peine a-t-il joui qu’il repense déjà à son jeu sadique : « We have to hurry and get ready ».

Jonathan est en route pour le lieu où il espère trouver son ennemi. Il prend un taxi mais le chauffeur est bizarre. Encore un piège : le chauffeur sort de la voiture, ferme les portes, laissant Jonathan prisonnier alors que le véhicule est au milieu d’un chemin de fer. Panique. Par chance, Jonathan trouve une autre clé et parvient à s’échapper. Il arrive finalement à destination, devant la porte de l’appartement du maître du jeu. Il y a un papier avec marqué « For You ». Il sonne. Les deux hommes du parking sous-terrain lui ouvrent et le font entrer de force. Là, Jonathan se retrouve devant tous les hommes qu’il a croisé, le maître du jeu et…Michael. Tout ceci était bien un jeu mais pas du tout dangereux. Michael Lucas avait tout orchestré pour célébrer l’arrivée d’Agassi à Berlin. Il se doutait que la peur allait particulièrement l’exciter…Jonathan découvre toutes les ficelles de cet énorme plan cul diabolique et ne peut s’empêcher de sourire. Quel accueil !

Mêlant thriller et porno, Trapped in the game se regarde avec beaucoup de plaisir et tient le spectateur en haleine avec une intrigue qui pourra certes se révéler simpliste mais qui est avouons-le assez efficace. Si tout le casting n’est pas à tomber, la présence de Jonathan Agassi en premier rôle a de quoi satisfaire toutes les attentes. Bestial sans jamais être vulgaire, viril en toutes circonstances : il irradie le film de sa présence et ce malgré un jeu d’acteur un peu maladroit dans les scènes traditionnelles. Sorte de film dans le film, réflexion sur le cinéma comme outil de mise en scène, provocateur de fantasmes; hommage à la relation de travail fidèle entre Lucas et Agassi et portrait d’un Berlin troublant, Trapped in the game des plus excitantes.

Film produit en 2010 / Disponible en DVD

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply