Films LGBT

Vil Romance (José Celestino Campusano, 2009) : amoureusement glauque

By  | 

Dans un petit village, en Argentine, Roberto (Nehuen Zapata) traine et fait la rencontre d’un homme qui pourrait être son père, Raùl (Oscar Génova). Un homme aux cheveux longs, vieux, avec un blouson en cuir. Ils se retrouvent rapidement au lit, les étreintes sont virulentes. Ce qui n’aurait pu être qu’une liaison éphémère va pourtant se muer en relation de couple : Roberto emménage chez Raùl et quitte ainsi le « cocon familial » où résidaient sa mère et sa sœur (son père violent fut rejeté de la famille). D’abord enthousiaste à l’idée de débuter une vie de couple, Roberto finit peu à peu par se lasser : Raùl est souvent absent, gagne de l’argent de façon bien mystérieuse…Le jeune homme fait alors une rencontre par Internet et le trompe. A ses risques et périls ?

Le moins que l’on puisse dire c’est que Vil Romance ne cherche jamais à se faire aimer : photographie un peu crade, personnages au physique banal voire franchement pas facile, rythme lent, psychologie des personnages floue : l’œuvre de Jose Celestino Campusano (qui vient du documentaire) n’est pas forcément accueillante. Pourtant il y a toujours quelque chose qui nous retient à cette fiction terriblement réaliste et en même temps totalement dépaysante.

Le petit village d’Argentine que nous avons sous nos yeux n’a absolument rien de glamour, tout comme ses habitants, et pourtant il y a comme une fascination qui s’exerce. Jose Celestino Campusano nous entraine dans un ailleurs assez glauque mais bizarrement attachant et si au départ on ne croit pas au couple entre Roberto et Raùl, on finit par s’en accommoder. Car aux yeux des protagonistes cette union semble légitime, car on épouse le regard amoureux de Raùl.

En arrière plan de nombreux éléments traumatisants : une mère et une sœur tendres mais un peu fêlées, qui partagent leurs amants ; des rapports violents, comme dénués de tendresse…C’est un portrait atypique de jeune homme qui nous est offert ainsi que de l’homosexualité dans un bled paumé. Raùl, homme vieillissant, est constamment macho, pas toujours de façon consciente. Cette difficulté à accepter l’amour de l’autre, le compromis, cette facilité à céder aux pulsions, à la violence, le mèneront à des actes sombres. Parfois très subtil, parfois hystérique, parfois attachant, parfois repoussant : Vil Romance est un long-métrage déroutant mais loin d’être inintéressant. Dépaysement garanti. Brut.

 

Le seul et l'unique rédacteur de POP AND FILMS :)

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply